Les pianistes

Retrouvez les nouveaux lauréats du projet l’Europe du piano pour la saison 2017-2018 !


- Bach : Concerto Italien BWV971

- Bonis : Berceuse

- Debussy : Préludes (livre II)

Eloïse Bella Kohn

Eloïse Bella Kohn est invitée depuis plusieurs années à se produire dans de prestigieux festivals et salles en France, tels que la Salle Gaveau, l’Auditorium du Musée d’Orsay, le Festival de la Roque d’Anthéron, Radio-France à Montpellier, Pablo Casals à Prades, le Festival de Salon, le Lille Piano Festival, les Flâneries Musicales de Reims, les Chorégies d’Orange ou encore le Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence. 
Jeune Talent du magazine musical Diapason de l’été 2016, la jeune pianiste française est l’invitée de nombreuses émissions de radio, notamment sur France Musique et RTS Suisse. 
Comme soliste et partenaire de musique de chambre recherchée, elle se produit à travers l’Europe : au Stavanger Konserthus (Norvège), au Festival Classissimo à Bruxelles, au Palais de l’Athénée de la Société des Arts de Genève, ainsi que la saison prochaine 2017/18 à la Philharmonie de Berlin et aux côtés du trompettiste Tamás Pálfalvi dans le cadre de la saison ECHO Rising Star au Konserthuset Stockholm, au Sage Gateshead (Angleterre) et au Müpa – Palais des Arts de Budapest. Elle collabore avec le chef d’orchestre JeanClaude Casadesus lors d’une tournée avec l’Orchestre Philharmonique du Maroc. 
En musique de chambre elle se produit régulièrement avec Bruno Delepelaire, Silvia Careddu, Sophie Dartigalongue et Félix Dervaux – solistes des Orchestres Philharmoniques de Berlin, de Vienne et de l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam – ainsi qu’avec Nobuko Imai, Aylen Pritchin, Aurélien Pascal, Michel Portal, Eric Le Sage et Adam Laloum. 
Née en 1991 à Paris, Eloïse Bella Kohn s’initie au piano dès l’âge de quatre ans à l’Ecole de musique Yamaha. Elle étudie au CNSM de Paris auprès de Michel Béroff, Eric Le Sage, Denis Pascal, David Fray et Pierre-Laurent Aimard. En 2009 elle participe au Projet Erik Satie à la Cité de la Musique à Paris, à l’initiative d’Alexandre Tharaud. Au CNSM elle obtient également les Premiers Prix d’Harmonie et de Fugue dans la classe de Thierry Escaich. Elle poursuit ses études à la Hochschule für Musik de Freiburg en Allemagne, et depuis 2015 à l’Université de Musique de Vienne auprès de Lilya Zilberstein. Elle se perfectionne lors de masterclasses avec de grands pianistes tels Idil Biret, Aldo Ciccolini, Dmitri Bashkirov, Robert Levin et Christian Zacharias. Nommée en 2014 « Révélation classique de l’ADAMI », elle est soutenue en 2015 par la Fondation Safran ainsi qu’en 2016/17 par la Fondation suisse Thyll-Dürr. 
Son vaste répertoire inclut plusieurs grands cycles pour piano, comme les Variations Goldberg de Bach, les deux Livres de Préludes de Debussy, les dernières sonates de Beethoven ou encore l’intégrale de la musique de chambre de Poulenc pour piano et vents.

Celia Oneto Bensaid

Issue d’une famille d’artistes comédiens, Célia Oneto Bensaid se tourne, elle, vers le piano. En 2010, admise à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, elle en ressort diplômée de trois prix de Master obtenus avec les meilleurs mentions en piano, musique de chambre, direction de chant instrumental dans les classes de Claire Désert, Florent Boffard, Anne Le Bozec, Erika Guiomar, et Ami Flammer. Elle y suit actuellement les classes en master d’accompagnement vocal d’Anne Le Bozec, et instrumental de Jean-Frédéric Neuburger. Elle y a également suivi les cours de musique de chambre, d’accompagnement et de lied, Philippe Bernold, Daria Hovora, Jeff Cohen et Susan Manoff. Elle se perfectionne également auprès de Rena Shereshevskaya depuis 2009, et désormais à l’Ecole Normale Alfred Cortot.

Tout au long de son parcours, Célia a eu la chance de recevoir les conseils (depuis ses 16 ans) de Brigitte Engerer et Jean-Claude Pennetier. Elle participe également à de nombreuses master classes avec Anne Queffélec, Maria Jao Pires, Philippe Bianconi, Bruno Rigutto et Jacques Rouvier.

Elle se produit régulièrement en concert en France et à l’étranger (Italie, Espagne, Angleterre, Suède, Suisse, Algérie) dans des salles telles que la Philharmonie de Paris, le Théâtre du Châtelet, l’auditorium de la Cité de la Musique, , le Palais de l’Athénée de Genève, l’Hôtel de Soubise, le Petit Palais, la Grange de Meslay, l’auditorium du Musée d’Orsay, la Salle Cortot, l’auditorium du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, le Grand salon des Invalides, le Château de Lourmarin, le Moulin d’Andé, le Prieuré de Chirens, le Reid Hall, le théâtre Adyar (Concerts d’Esther), le Couvent des Récollets ("Pianissimes"), le Château d’Ecouen, le théâtre de l’Encre en Guyane (Cayenne) mais est également invitée à jouer dans les festivals de La Roque d’Anthéron, la Folle Journée de Nantes, Le rivage des voix, Les sons d’une nuit d’été (Suède), Arts Terra, Piano Campus, Auvers-sur-Oise, Voix-là, Pianoscope (dernière édition dirigée par Brigitte Engerer), le festival d’Elne, les concerts d’Esther, et le festival Cziffra de SenLiszt. Sur les ondes, on la retrouve régulièrement sur France Musique ("Génération Jeunes Interprètes", concerts en direct de La Roque d’Anthéron, "Le magazine des festivals"), mais également dans l’émission "Classicora" de Frédéric Hutman.

On a aussi pu l’entendre avec l’orchestre de la Garde Républicaine dans le 3ème concerto de Beethoven, sous la direction de François Boulanger, dans le 4ème concerto de Beethoven et To Bill or not to Bill de Raymond Alessandrini avec l’orchestre Mélo’Dix sous la direction de Fabrice Parmentier ; elle interprète en 2013 le 1er concerto de Chopin dans sa version quintette.

Chambriste passionnée, elle compte parmi ses partenaires privilégiés la violoniste Raphaëlle Moreau, la soprane Marie˗Laure Garnier, la mezzo Fiona McGown, ainsi que les altistes et clarinettistes Manuel Vioque-Judde et Bertrand Laude avec lesquels elle forme le trio Märchen.

Lauréate de nombreux concours internationaux, citons notamment en 2012 le 1er prix ainsi que le prix du public au concours international Claude Bonneton, en 2013, elle est l’unique européenne finaliste et boursière au concours international Francis Poulenc et est la seule lauréate pianiste 2013 de la fondation CZIFFRA. Enfin en 2014, elle gagne le 3ème prix au concours international Gabriel Fauré présidé par Jean-Philippe Collard (1er prix non attribué). Elle remporte le Campus d’Argent, le prix de la Sacem (pour la meilleure création avec orchestre), le prix du magazine Pianiste, du site jejouedupiano.com et le prix spécial Dutilleux en 2015 au concours international Piano Campus. En 2016, elle est élue Révélation Pianissime (saison de concerts parisienne et lyonnaise), et devient lauréate de l’Académie Ravel à Saint-Jean de Luz. En 2017, elle devient boursière de la fondation YAMAHA, et reçoit le prix du public de la Société des Arts de Genève attribué par la Fondation Manpower SA. Elle est désormais soutenue par l’entreprise SAFRAN.

Sur la saison 17/18, elle intègre la promotion Mozart de l’Académie Jaroussky localisée à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt. Elle enregistrera également aux côtés de Raphaëlle Moreau un CD dans le cadre des séries "Jeunes Solistes" de la Fondation Meyer du Conservatoire de Paris. Elle obtient le prix André Boisseaux en 2017, d’une valeur de 10 000 euros lui permettant d’enregistrer son premier CD solo (Bersnetin, Gershwin) chez le label Soupir qui sortira à l’été 2018.

Marie-Ange Nguci

Pianiste précoce, Marie-Ange Nguci a obtenu son Master de piano avec la mention Très Bien à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) en 2014, à l’âge de 16 ans, avant d’y recevoir le Diplôme d’Artiste Interprète de piano en juin 2016. Sans cesse curieuse aussi bien musicalement qu’intellectuellement, elle poursuit actuellement ses études en Doctorat d’Interprète de la Musique, ainsi qu’en Master d’Analyse musicale et Musicologie, au CNSMDP et à l’Université de Paris-Sorbonne. Une année passée à l’Universität für Musik und Darstellende Kunst de Vienne lui permet d’étudier la direction d’orchestre. Elle est par ailleurs titulaire du Prix d’Ondes Martenot, ainsi que du Master de Pédagogie-Piano et du Certificat d’Aptitude de Professeur, décernés par le CNSMDP. Le talent de Marie-Ange a été reconnu dès son premier concours, lorsqu’elle obtient le Premier Prix du Concours International de Lagny-sur-Marne en 2011. Dernièrement, en août 2015, elle remporte à New York le Premier Prix du MacKenzie Awards International Piano Competition. Elle est également lauréate de la Fondation L’Or du Rhin, l’ADAMI, la Fondation Meyer, la French American Piano Society, l’International Academy of Music in the Principalty of Liechtenstein, la Yamaha Music Foundation. Elle reçoit le Prix Charles Oulmont 2016, et est lauréate du projet « L’Europe du Piano ». Le répertoire de Marie-Ange est très large, s’étendant des baroques, classiques et romantiques, jusqu’aux grandes œuvres de la musique contemporaine. Particulièrement attentive à la musique de notre temps, Marie-Ange a travaillé auprès de compositeurs tels que Thierry Escaich, Bruno Mantovani, Graciane Finzi, Alain Abbott, ou Michèle Foison, pour préparer l’interprétation de leurs œuvres. Musicienne accomplie, Marie-Ange s’est produite dans des salles telles que la Cité de la Musique - la Philharmonie, le Théâtre des Champs-Elysées ou la Salle Cortot à Paris, le Palais de l’Athénée à Genève. Elle participe à de nombreux festivals parmi lesquels le Festival de piano de La Roque d’Anthéron, le Festival Les Solistes à Bagatelle, le Festival Chopin à Nohant, le Festival Chopin de Bagatelle, le Festival Les Musicales d’Arradon, le Centre de Musique de Chambre de Paris, le Kissinger Sommer à Bad Kissingen, la Beethovenfest à Bonn, la Musikmesse à Frankfurt, le Klavierfestival Essen, le Klaviersommer de Wesel, le Festival It’s all about piano de Londres, l’International Keyboard Institute and Festival, le Merkin Concert Hall, ou l’Elebash Recital Hall de New York.

Ido Ramot

Ido Ramot, né en 1994, débute sa carrière à 9 ans avec l’orchestre symphonique de Johannesburg. Depuis, il a collaboré avec de nombreux orchestres en Israël et en Italie, et s’est produit en récital solo en Israël, Allemagne, Espagne, Italie, Scandinavie et aux Etats Unis. Il est fréquemment présent à la radio et à la télévision israélienne.

Ido a remporté de nombreux Premiers prix en Israël, dont le Concours Chopin de Tel-Aviv (2009), et deux fois vainqueur du « Piano for Ever » de Ashdod (2010 et 2011). Ido a part deux fois été demi-finaliste au Concours Maria Canals de Barcelone (2013 et 2014) et a remporté le « European Piano Competition » de Brême (2016). Ido est lauréat de la bourse d’excellence de l’ « American –Israeli Cultural Foundation » (2010 et 2012).

Ido a travaillé avec de grands pianistes tels que Vladimir Feltsman, Ilana Vered, Murray Perahia, Richard Goode, Susan Starr, Arie Vardi et Sergei Babayan.

Il a étudié entre autres avec le Dr. Itzhak Kossov et Alexander Korsantia.

Ido poursuit actuellement son bachelor à la « Hanss Eisler Hochschule fur Music » de Berlin avec le Prof. Eldar Nebolsin.

Jan Vojtek

Jan Vojtek est né en 1995 à Brno, en République Tchèque. Il débute le piano à l’âge de 5 ans dans la classe de Jana Novakova à la « Frantisek Jilek Basic School of Arts » à Brno. Il remporte trois fois (2002 – 2003 – 2004) le Concours International Amadeus de Brno, ainsi que le Premier Prix du Concours Junior Note de Prague en 2003. En 2004 il remporte le Grand Prix du « Gradus ad Parnassum » à Kaunas, en Lithuanie.

En 2005 il intègre la classe de Jiri Dolezel, professeur à l’Académie Janacek à Brno. En 2007 il remporte le Concours International de Kosice (Slovaquie) et le Concours International Virtuosi per musica di pianoforte (République Tchèque). Il participe en 2008 au Concours International Gina Bachauer de Salt Lake City aux USA.

Durant ses études, Jan eu l’opportunité de jouer avec le Brno Philharmonic, le Moravian Philharmonic Olomouc, et avec le Kaunas Symphony Orchestra (Lithuanie). Il participe au Mozartian Tour à travers le Japon avec le Brno Moravian National Theatre.

En 2009 il poursuit ses études à l’école Bela Bartok de Budapest, dans la classe de Gabor Eckhardt et Balazs Kecskes. En 2011 il remporte le Concours International Kaunas Sonorum et le Premier Prix du Concours National hongrois des écoles de musique.

En 2012 il remporte la « Prague Tallent Competition », puis le Prix du meilleur élève de masterclass au Tel-Hai International Piano master class, sous la direction de Marina Bondarenko.

En 2014 et 2016 il joue à nouveau avec le Brno Philharmonic.

Depuis 2015, Jan poursuit un Bachelor à l’Académie Lizst de Budapest dans la classe des professeurs Gabor Eckhardt et Attila Nemethy. Son professeur actuel est Gabor Farkas.